Ferrandez sur les Vélos

Lors d’une entrevue en août dernier, le maire de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal (ci-après le Plateau afin dalléger le texte) s’est assis avec notre journaliste, Michael, pour jaser de certains sujets d’actualité et enjeux pour les cyclistes.

« Quels sont vos projets pour l’avenir ? »

Monsieur Ferrandez déclare avoir pas mal de projets visant la sécurité des citoyens-cyclistes. Il nous a parlé de faits concrets qui sont en train de se réaliser, comme les panneaux d’arrêt pour les automobiles sur les rues Gilford et Marie-Anne, qui croisent la piste sur Brébeuf. Jusqu’à maintenant un article dans la réglementation de Transport Québec interdit l’installation d’un signal d’arrêt à moins de50 mètresd’un feu de circulation (celui de Papineau et des deux rues déjà mentionnées). Alors l’arrondissment considère l’option d’installer un feu de signalisation avec une lumière verte de 45 secondes pour les cyclistes dans un sens et de 10 secondes pour les autos dans l’autre sens.

Ils vont bientôt étudier une proposition de réglement qui permettrait aux cyclistes de rouler à contre-sens sur certaines rues à sens unique. L’équipe envisage aussi des antennes cyclables qui seraient reliées à une piste principale : par exemple, une antenne mènerait jusqu’à une école et s’y terminerait. M. Ferrandez a aussi parlé d’un boulevard cyclable avec plusieurs voies de circulation sur le bord du Parc Lafontaine, à l’endroit où commencela Route Verte du Québec, le kilomètre 0 dont se vante Vélo Québec. Ailleurs, ils font des essais avec des bike-box (ou sas à vélo en français) déjà au coin des rues Milton et University. (Pour voir ce qu’est un bike-box, visitez cet article wikipedia). 

« Malgré que le SAAQ protège les intérêts des automobilistes, il n’existe pas de contrat protégeant les cyclistes. Comment, selon vous, pourrions-nous nous organiser pour remédier à cela ? »

Monsieur Ferrandez souligne qu’il connaît les dangers de se promener en vélo à Montréal, l’ayant fait lui-même. Il dit que trois comportements des automobilistes sont particulièrement dangereux : le cellulaire au volant, le stationnement double et le stationnement sur la piste elle-même. Cependant ce n’est pas la responsabilité du Conseil d’arrondissement de faire la chasse aux gens qui ne respectent pas les lois (qu’ils perçoivent comme inutiles). Si les cyclistes veulent que la police prête plus attention aux automobilistes insouciants, conseille M.Ferrandez, les citoyens-cyclistes doivent faire appel à la police. Si le Conseil de l’arrondissement commençait à dire au SPVM comment exécuter son travail cela démontrerait un conflit d’intérêts qui réduirait l’indépendance de la branche judiciaire. Néanmoins, en moyenne 150 enfants sont blessés par des voitures sur le Plateau, et aucun par des bicyclettes. Le maire est convaincu qu’en augmentant le nombre bicyclettes sur les rues, il y aura moins d’accidents à haute vitesse et donc, moins d’accidents graves.

« Comment vous organisez-vous avec les arrondissements voisins pour augmenter la sécurité des cyclistes? »

Le maire Ferrandez nous raconte que le réseautage entre les arrondissements voisins est initié parla Villede Montréal. En ce moment, le Service de Transport Actif dela Villede Montréal (STA) entreprend une étude sur toutes les rues où l’on pourrait installer des pistes cyclables. L’arrondissement du Plateau a déjà beaucoup travaillé par le passé avec le STA comme dans le cas du projet de la piste sous le viaduc ferroviaire de Christophe-Colomb. Le même genre de projet a mené à un réseautage entre les conseils et travailleurs des différents arrondissements. Le viaduc de la voie ferrée du boulevard St-Laurent est à la frontière entre le Plateau et Rosemont. Un processus de concertation similaire entre plusieurs arrondissements serait mis en œuvre pour le plan d’une piste sous le viaduc ferroviaire de la rue Masson à côté du Vieux Rosemont.

« Quelle est la finalité des travaux qui se dérouleront actuellement à la sortie de l’avenue Laurier à la station du métro Laurier? »

 Maire Ferrandez nous explique qu’en face du métro Laurier ils diminuent l’espace réservé aux autos, de 16 mètresà 3,5 mètres, pour installer des trottoirs, des pistes cyclables, et de la verdure. De plus, les stationnements de bicyclette seront améliorés, ainsi, vingt bicyclettes seront stationnées de façon ordonnée avec des plantes en pot de chaque côté.

 La réalité est que 25% des gens sur les pistes chevauchent un Bixi. Généralement, ce sont des cyclistes amateurs peu expérimentés. Cela a embêté les cyclistes l’année passé mais cette année les citoyens se plaignent que les gens en Bixi sont souvent trop fêtards et bruyants et que les stations de Bixi sont un orchestre de morceaux de métal qui s’entrechoquent à n’importe quelle heure du soir ou du matin. Mais les cyclistes sont toujours embêtés. 

 La culture cyclable se confronte à celle des gens du quartier. Les voisins trouvent désagréable de voir des bicyclettes attachées pêle-mêle à chaque lampadaire, signalisation ou barrière de terrain. La solution, d’après Mikael Colville-Andersen (un consultant copenhaguois pour les projets du STA), est de proposer une amélioration dans la qualité de vie de tous les gens qui sont touchés par les pistes cyclables : ceux qui les utilisent et ceux qui habitent en face. Sa devise : tant qu’à avoir une piste, il vaut mieux qu’elle soit très très belle. Les arbres créent de l’ombrage pour les cyclistes pendant les journées le plus chaudes de l’été, mais ils sont aussi une valeur ajoutée pour le quartier. Une piste cyclable devrait représenter une amélioration de la qualité vie pour tous. 

Nous remercions Monsieur Ferrandez d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.

3 commentaires pour Ferrandez sur les Vélos

  1. Il n’existe pas non plus de règlement protégeant les personnes se déplaçant en fauteuil roulant, traversant une rue (ex.: Brébeuf), contre les cyclistes qui s’en viennent à toute vitesse sur la piste et qui n’arrêtent, du moins, ne ralentissent pas avant l’intersection.

    Combien de fois, ces cyclistes nous ont presque percutés, mon chien et moi.

    Ils n’ont pas plus le droit de circuler sur les trottoirs, pourtant ils le font et beaucoup à part ça.

    Faudrait M. Ferrandez, penser à ça aussi

  2. Bernard dit :

    Permettre la circulation en sens inverse aux cyclistes serait la pire & la plus dangereuse des idées. Opinion basé autant sur mon expérience de cycliste que d’automobiliste à Montréal.
    Les temps de réaction, de vision et d’anticipation sont réduits de plus de la moitié qu’en circulation normale (même sens).
    La majorité des risque d’accident que j’ai avec un vélo furent quand ce dernier venait ou tournait en sens inverse.
    Je ne peux concevoir que cela puisse être envisager comme solution de sécurité pour cycliste !

  3. Ôde Bergeron dit :

    Je viens encore de subir une agression verbale très violente de la part d’un cycliste qui roulait sur le trottoir…et en sens inverse en plus. Ma fille de 12 ans et moi avons craint qu’il ne me frappe. Rue Fullum/Rachel, direction nord côté ouest à 16h15. Les insultes habituelles d’un homme envers une femme, qui ignore le code de la sécurité routière et croit à son plein droit de conduire un véhicule sur les supposés seuls endroits réservés aux piétons. Ça fait 5 ans que ça dure sur le Plateau. Pourriez-vous avoir une plaque d’immatriculation, chers cyclistes, afin que nous puissions signaler les psychopathes?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s